[logiciel creation site] [creation site internet] [creation site web] [Accueil Dr François Sales]
[Types de mélanomes]
[Présentation]
[Carcinomes spinocellulaires Dr Sales]
[Tumeurs cutanées rares Dr François Sales]
[Consultations Dr François Sales]
[Liens utiles]
[Nous contacter Dr François Sales]
[Rendez-vous internet]

CARCINOMES SPINOCELLULAIRES

Encore appelé épithélioma spinocellulaire ou carcinome épidermoïde, il représente le deuxième cancer le plus fréquent de la peau.

Prendre un rendez-vous

Aspects cliniques

Ils s'agit le plus souvent d'une tumeur qui évolue assez rapidement, d'une plaie qui ne guérit pas

Les spinocellulaires apparaissent souvent sous forme d’un nodule rougeâtre, d’apparition souvent rapide (quelques semaines ou mois, contrairement au basocellulaire qui évolue plutôt lentement) pouvant saigner au moindre contact. Ils peuvent ressembler à une verrue ou à une plaie ouverte, éventuellement recouverte d’une croute qui ne guérit pas malgré des soins locaux appropriés. Une plaie qui n’évolue pas favorablement après quelques semaines requiert un avis médical!

.

.

Photos

Facteurs de risques et diagnostic

Rare avant 50 ans, il apparait surtout après 70 ans.

La cause principale est l’exposition chronique aux rayons ultraviolets. Il peut également être favorisé par l’existence de cicatrices, de brulures, de plaies, d’ulcères chroniques. Une exposition aux rayons X ou à certains produits chimiques (arsenic, dérivés pétroliers…) est également évoqué.

Le diagnostic doit toujours être confirmé par une biopsie (prélèvement) et un examen microscopique.



  

Traitements

Le traitement est avant tout chirurgical.

Il dépendra de l’âge du patient, de ses antécédents, de la localisation et de la taille de la tumeur. Contrairement aux basocellulaires, des cellules de spinocellulaires peuvent migrer vers les ganglions régionaux pour donner des métastases. Un bilan comportant une investigation (généralement une échographie) des ganglions les plus proches est généralement requis avant de planifier le traitement. L’importance de la chirurgie (marges de sécurité, nécessité de reconstruction après résection, opération des ganglions…) dépendra de l’importance de la tumeur et de son étendue.

Lorsque que la tumeur n’est pas opérable (étendue trop importante, patient trop âgé, récidive…), la radiothérapie peut être une bonne alternative.

  

Suivi

La plupart de ces tumeurs évoluent favorablement après un traitement simple, le plus souvent réalisé sous anesthésie locale en ambulatoire.

La précocité du diagnostic reste, comme toujours primordiale. Plus la tumeur importante, plus les traitements sont difficiles avec risque de séquelles esthétiques ou fonctionnelles.

Cependant, certains spinocellulaires peuvent récidiver localement ou donner des métastases (surtout ganglionnaires). Un suivi approprié est donc nécessaire.